Bernard BUFFET
 
 
Longtemps, la galerie Maurice Garnier a présenté des toiles de Bernard Buffet qui semblaient sorties d'une usine à peintures. Elles se regardaient comme des clichés invariablement compliqués d'un cerne épais et d'une signature énorme, sorte de gros papillon noir installé au centre du tableau.

Cette fois, il s'agit d'autre chose. Maurice Garnier expose les premières toiles du peintre, oeuvres destinées au futur musée Bernard Buffet qui s'ouvrira à Colmar en 2004.

Réalisées, pour l'essentiel, entre 1945 et 1949, ces toiles ne manquent pas de qualité. Frappées au coin d'un certain « misérabilisme », elles semblent grincer et dire le désespoir d'une époque autant que celui de l'artiste.

Les figures sont rigides, anguleuses, les couleurs grises, mais, à y regarder de près, on découvre aussi dans cette pâte très travaillée une certaine influence de l'art abstrait de ces années-là.

D'où une série de tableaux, de natures mortes en particulier, qui méritent à nouveau d'être bien regardés, car ils sont souvent de qualité.
 
J.P. - LE POINT - 9 février 2001